• Home  / 
  • Hi-Tech
  •  /  Quelles sont les limites de Microsoft Exchange ?

Quelles sont les limites de Microsoft Exchange ?

Largement implanté en entreprise, il semblerait toutefois que Microsoft Exchange, pourtant une référence en terme de messagerie professionnelle, ne réponde plus vraiment aux nombreuses évolutions des besoins et impose trop de limites par rapport aux services qu’offrent de nouveaux éditeurs.

Ces nouveaux éditeurs de messagerie font des propositions intéressantes au regard de celles qui existent dans les suites Office 365 ; c’est notamment le cas de Zimbra que l’on considère comme LA messagerie alternative à Microsoft Exchange.

zimbra

Les limites Microsoft Exchange

« Carnet d’adresse, stockage, alertes de capacité, limites de messages, des dossiers, limite de création de rapports et suivis de messages, limites qui concernent aussi les groupes de distribution, limites d’Activ Sync Exchange »… Voici quelques exemples qui justifient des limites de types de services présents dans Microsoft Exchange Online, qui, même si encore extrêmement utilisée, laisse penser tout de même que la messagerie Microsoft Exchange semble devenir obsolète.

Cette constatation est d’autant plus valable quand on compare les offres des nouveaux éditeurs présents sur le marché et concurrents directs de Microsoft.

Ces nouveaux éditeurs proposent des alternatives très intéressantes et surtout plus économiques tout en proposant les mêmes fonctionnalités que Microsoft Exchange mais en s’adaptant beaucoup plus aux exigences actuelles et futures.

Pour ces raisons, de nombreuses entreprises semblent vouloir migrer vers Zimbra : la messagerie alternative à Microsoft Exchange.

Dans une volonté essentielle de réduire les coûts, après comparatifs effectués entre les différentes solutions, une entreprise peut clairement envisager la migration de son service de messagerie.

messagerie

Comparatif Microsoft Exchange face à Zimbra

Zimbra est d’ores et déjà annoncée comme la messagerie alternative à Microsoft Exchange, nous allons voir pourquoi…

Avec un logiciel responsive et collaboratif doté d’une messagerie mail et messagerie instantanée (VoIP, tchat, possibilités d’appels), d’un carnet d’adresses, d’un calendrier, d’un porte document et d’un gestionnaire de tâches, Zimbra sait s’adapter aussi bien aux entreprises, qu’aux associations ou administrations.

Dans le comparatif entre Microsoft Exchange et Zimbra on note les différences suivantes :

  • Concernant leur déploiement, Zimbra propose son mode SaaS en ligne alors que Exchange offre deux solutions, à savoir, un déploiement sous licence en local, ou un déploiement via une application spécifique virtuelle.
  • Concernant leur accessibilité, on note immédiatement la supériorité Zimbra qui prévoit déjà toute la mobilité du travail aussi bien sur des équipements personnels que sur les équipements professionnels. La connexion en continu à un cloud sécurisé et personnalisé, avec une mobilité facilitée, Zimbra détient là un avantage non négligeable.
  • Avec Exchange les APIs sont limitées ce qui n’est pas le cas pour Zimbra.

Ainsi, les risques de mobilisation de support sont plus larges avec Exchange que sur Zimbra qui compte l’intégrateur Ovea comme support, avec Zimbra, les opérateurs sont ainsi plus autonomes en cas de dysfonctionnements.

En terme de coûts et d’extensions

En terme de coût et d’extensions, avant de penser à la migration éventuelle entre Exchange et Zimbra par exemple, il convient en premier lieu d’évaluer le TCO (Total Cost of Obtention) soit le coût total d’acquisition. Il faut considérer les coûts matériels de stockage, la licence, sans oublier le capital humain associé.

Au regard de ces premières évaluations, des problèmes rencontrés par Exchange sur l’utilisation Outlook, selon le temps passé sur les solutions et le coût des contrats de support, cela n’est pas favorable à Exchange.

En conclusion, la référence historique que représente Exchange en terme de messagerie professionnelle semble réellement se faire rattraper par Zimbra…

Click here to add a comment

Leave a comment: